Managing through Technology
AACSB AMBA
  • 12.
  • 08.
  • 2014

Systèmes d'information et transformation de l'organisation

L’objectif général de l’équipe SITO est d’étudier la transformation réciproque des organisations et des systèmes d’information. Si l’on définit un système d’information (SI) - en s’inspirant notamment de la définition de Robert Reix et de la notion de système de travail proposée par Steven Alter - comme « un ensemble organisé d’acteurs, de processus et de ressources, permettant d’acquérir, traiter, stocker, et communiquer des informations (sous forme de données, textes, images, sons) dans les organisations »,  alors les recherche de SITO visent les transformations dans les processus de conception et dans l’usage et le management de ces systèmes d’information.  Ce thème peut être abordé par différentes entrées : les processus, les acteurs, les technologies, la stratégie, l’organisation du travail, les normes, les valeurs, l’apprentissage, les connaissances, etc.

De façon plus précise, les recherches de l’équipe sont articulées autour de trois axes :

1) Évolutions dans le management et les outils développement d’un SI

2) Transformation des pratiques de travail et de collaboration par les S.I.

3) Transformations mutuelles des organisations et des systèmes de gestion de connaissances.

1) Évolutions dans les processus de développement d’un SI

Les recherches attachées à cet axe cherchent d’une part à repérer des changements récents dans les pratiques des projets, d’autre part à proposer un modèle de description des composants techniques permettant aux acteurs métiers de participer à leur sélection.

Évolutions dans les pratiques de management de projet SI

L’objectif est d’étudier, à partir du cadre de la théorie de la structuration, comment, dans le monde des projets SI, cohabitent, s’interpénètrent ou s’excluent, d’une part la logique participative et collaborative, familière pour les communautés et réseaux 2.0, d’autre part la logique individualiste et centrée sur les buts des référentiels normatifs de management de projet, dont l’influence est croissante dans les entreprises. De façon plus précise, il s’agit d’étudier comment les pratiques des chefs de projet appartenant à la génération « Y », familière des technologies 2.0, se structurent en situation. Les questionnements de recherche sont notamment les suivants. Comment ces jeunes chefs de projet s’approprient-ils les normes et les référentiels ? Sont-ils porteurs d’une vision renouvelée du management et de l’organisation du travail, inspirée des logiques d’actions présumées de l’organisation 2.0 et des principes agiles ?  Et comment cette vision s’articule-t-elle avec le cadre normalisé auquel est aujourd’hui soumis l’ensemble de la profession ?

Description orientée métier des web services

Les web services sont des composants logiciels que des fournisseurs proposent sur internet. Ces composants permettent aux architectes logiciels de construire des applications à partir de briques logicielles réutilisables. Cependant, le niveau auquel se situent  les descriptions actuelles de ces composants est celui des informaticiens. L’objectif de la recherche est de proposer un type de description de plus haut niveau, ce qui permettrait aux acteurs métier  d’effectuer eux-mêmes la recherche de ces services et la sélection des web services correspondant à leurs besoins. Pour cela, on utilise le concept d'intention de l'utilisateur et sa déclinaison en un ensemble d'objectifs métier, ce qui conduit à définir et modéliser un service orienté intention.

2) Transformation des pratiques par les S.I.

Les recherches attachées à cet axe visent d’une part à éclairer les effets inattendus de l’introduction d’un S.I. dans un collectif de travail, d’autre part à analyser comment un système collaboratif fait évoluer les pratiques de collaboration.

Comprendre les processus d’appropriation des S.I.

Le techno changement, qui consiste à s’appuyer sur les technologies et systèmes d’information (TSI) pour conduire une transformation de l’organisation, est un processus dynamique et complexe entouré d’incertitude pour ceux qui le conduisent. La diffusion massive de la messagerie électronique dans les organisations en est un exemple emblématique. Après 30 ans d’usage, la question de sa contribution effective au fonctionnement des organisations demeure un thème important de la recherche en management et systèmes d’information. Aux effets bénéfiques de cet outil sont souvent associés des effets pervers, perçus comme indésirables et perturbateurs par les utilisateurs : débordement cognitif et difficultés à maîtriser l'information, dispersion et fragmentation des activités, ou encore usages politiques et détérioration du climat socio-relationnel.  Pour comprendre l’origine des effets contrastés et parfois antagonistes des TSI dans les organisations, il est nécessaire d’arriver à une compréhension fine du processus d’appropriation des technologies par les collectifs de travail et de leur intégration dans les pratiques.  On pourra ainsi déterminer si ce processus peut être géré, et le cas échéant,  quels en sont les leviers.

Transformation des pratiques à travers un système collaboratif

L’objectif est d’analyser les dispositifs socio-techniques qui visent l’amélioration de la collaboration au sein de l’organisation et inter organisations. Les recherches sont particulièrement centrées sur l’analyse des systèmes de e-gouvernement qui posent des problèmes particuliers, liés non seulement à la mission de service public et au contexte réglementaire, mais aussi à des facteurs tels que la taille des SI concernés, l'hétérogénéité des structures organisationnelles, la variété des usages et des usagers, la dispersion géographique, et les choix politiques et stratégiques de court ou long terme. Après avoir étudié le déploiement de la dématérialisation des achats publics en 2005-2007, nous étudions actuellement l'impact du web 2.0 et des pratiques des réseaux sociaux sur l'e-gouvernement en France. Il s'agit d'explorer, à l’aide d’études croisées (brainstorming, interview, enquête, analyse de documents publics), l’évolution vers un e-gouvernement 2.0 autour des questions suivantes : Quelles stratégies pour introduire des pratiques collaboratives dans la sphère publique ? Comment généraliser le partage des connaissances ? Quels sont les facteurs clés de succès pour de telles initiatives ?

3) Transformations mutuelles des organisations et des systèmes de gestion de connaissances

L’objectif de cet axe est d’analyser comment les entreprises se transforment avec la mise en place d’un système de gestion des connaissances et comment à l’inverse se dernier peut évoluer pour apporter une contribution stratégique à l’entreprise. Deux recherches complémentaires sont menées.

La transformation vers des organisations basées sur les connaissances

L’objectif est de voir comment une entreprise peut évoluer pour s’inscrire efficacement dans l’économie de la connaissance et pour prendre en compte les caractéristiques de la société de la connaissance dans l’Organisation. Les recherches terrain reposent sur un cycle de vie de la gestion des connaissances en quatre phases :

  • L’analyse stratégique du portefeuille de connaissances de l’entreprise, par des méthodes structurées et des outils qui peuvent s’intégrer au système d’information stratégique de l’organisation
  • La constitution d’un référentiel de connaissances de l’organisation, qui demande des méthodologies de capitalisation de connaissances, et des ateliers logiciels permettant de générer facilement un référentiel
  • La conception et la réalisation de trois types de systèmes d’information particuliers : les serveurs de connaissances, les systèmes d’apprentissage, et les systèmes collaboratifs pour les communautés épistémiques
  • La mise en place de plateformes d’innovation pour renouveler le portefeuille de connaissances stratégiques de l’organisation.

L’alignement stratégique des systèmes de gestion des connaissances

La recherche part du constat que les systèmes de gestion des connaissances n’apportent pas toujours une contribution décisive à la stratégie de l’entreprise, malgré les efforts consentis.  L’objectif est donc de proposer, dans un contexte de transformation d’entreprise, un modèle d’alignement stratégique pour les systèmes de gestion des connaissances. Il s’agit ensuite de valider le modèle d’alignement stratégique élaboré, et enfin de proposer un ensemble de méthodes opérationnelles (basées sur des méthodes de cartographies des connaissances)  pour mettre en œuvre le modèle d’alignement stratégique.

Méthodologies de recherche

Les méthodes de recherche mobilisées par l’équipe SITO sont principalement de deux types :

  • Des approches qualitatives à partir d’observations et de recueil sur un terrain
  • Des approches « Design Science » (ingénieriques), c’est-à-dire un travail d’identification des problèmes et de construction des solutions, souvent avec les acteurs concernés et à l’aide d’artefacts.

Les membres de l'équipe

Chercheurs TEM

Chantal Morley (responsable)
Jacky Akoka
Saïd Assar
Marie Bia Figueiredo
Imed Boughzala
Jean-Maurice Bruneau
Olfa Chourabi
Jean-Louis Ermine
Daniel Lang
Michel Maurice-Demourioux
Marité Milon
Thierno Tounkara
Robert Voyer